Charte éthique et protection du lanceur d’alerte
18 novembre 2021

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes 2021 : le harcèlement sexuel au travail

Alertcys.io se mobilise et soutient en ce 25 novembre 2021 la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, et en particulier la lutte contre le harcèlement sexuel au travail.

Selon les chiffres publiés en 2020 par le Ministère chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances : 

  • 30% des françaises ont déjà été harcelées ou agressées sexuellement sur leur lieu de travail ;
  • 9% des françaises ont déjà eu un rapport sexuel « forcé » ou « non désiré » avec quelqu’un de leur milieu professionnel

Les victimes de harcèlement sexuel doivent absolument dénoncer ces faits pour que ces agissements cessent.

Il est important de rappeler qu’elles sont protégées, en effet selon le code du travail :

 « aucun salarié, aucune personne en formation ou en stage, aucun candidat à un recrutement, à un stage ou à une formation en entreprise ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, notamment en matière de rémunération, de formation, de reclassement, d’affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement de contrat pour avoir subi ou refusé de subir des faits de harcèlement sexuel tels que définis à l’article L. 1153-1, y compris (…) si les propos ou comportements n’ont pas été répétés ».

La victime peut effectuer son signalement en interne à une personne en mesure de traiter ou de faire traiter son signalement, à savoir

  • Son supérieur hiérarchique direct ou indirect ;
  • Un membre du service des ressources humaines ;
  • L’employeur lui-même ;
  • Le référent « lutte contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes » : sa nomination est obligatoire dans les entreprises d’au moins 250 salariés. Son rôle est « d’orienter, d’informer et d’accompagner les salariés en matière de lutte contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes » (Article L. 1153-5-1 du code du travail) ;
  • Un membre de la délégation du personnel du CSE (pour les entreprises qui en sont dotées) ;
  • Un délégué syndical

Pour que ces chiffres baissent, les employeurs doivent encore progresser en matière de prévention de ces faits et continuer à sensibiliser l’ensemble de ses salariés.